Présentation

Nom du blog :
Jean NOEL-Devoir de mémoire (Société/His

Description du blog :
Consacré essentiellement à l'Histoire des Casques blancs français au Liban

Date de création :
24 mai 2010 à 00:00

Date de modification :
27 juin 2017 à 17:51

Catégories

Statistiques

220 Articles
0 Pages
8 Vidéos
11 Commentaires
10 Messages sur le Livre d'or
155 308 Visiteurs au total
0 Visiteur en ligne
63 Visiteurs aujourd'hui
Valid XHTML 1.0 Strict  CSS Valide ! 

Editorial


Quand on s'investit dans le travail de mémoire - certes imparfait mais qui a le mérite d'exister - que je mène notamment au sujet du Détachement des Observateurs français au Liban et dont l'année 2011 a vu le 25e anniversaire de son retrait de Beyrouth, le moindre encouragement sympathique tel que celui cité ci-dessous devient un véritable levier amplificateur et m'incite vivement à persister.

 



« Je me permets de vous contacter car je suis tombé sur votre blog très bien fait et illustré. Je suis un jeune militaire de 24 ans (officier-marinier) et j'ai beaucoup apprécié le devoir de mémoire que vous faites au travers de votre blog concernant les 7 observateurs tués durant leur mission au pays du Cèdre. »

***

 



2011 Avec la chute du Gouvernement  libanais le 12 janvier 2011, la nomination le 25 du même mois d'un nouveau Premier ministre déjà contesté et donc au moment où les pires inquiétudes sont à craindre : " Toute déstabilisation du Liban ne peut que faire le jeu de Téhéran et crisper encore un peu plus Israel " (Ouest-France du 26 janvier 2011), je souhaite que l'on se souvienne que plusieurs (5 officiers, 2 sous-officiers) des quelque 400  "Casques blancs", quasiment sans armes, qu'a compté en deux ans le DETOBS, ont donné leur vie - il y a plus de 25 ans maintenant - pour une toute petite et de toute évidence malheureusement insuffisante "parcelle de paix".

Dimanche 13 mars « Manifestation à Beyrouth contre l'arsenal du Hezbollah ».  [ Le feu couve toujours ]. Mardi 15 mars « Le patriarche Bechara al Rai remplace le cardinal Sfeir à la tête des Maronites libanais alors que leur communauté est politiquement divisée entre le soutien au camp sunnite de Saad Hariri (ex- Premier ministre) et ses adversaires conduits par le Hezbollah chiite responsable de son renversement ». Mercredi 20 avril  « Tous (les Occidentaux prudents) craignent qu'une déstabilisation de la Syrie, mosaïque religieuse, entraîne le Liban dans le chaos ». Lundi 13 juin « Hier, les Etats-Unis réclamaient l'accès immédiat pour la Croix-Rouge (dans le nord de la Syrie) afin d'éviter une "crise humanitaire". Berlin et Londres appelaient à l'adoption en urgence d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant le régime d'Assad. Scénario peu probable. Moscou et Pékin s'y opposent et ils ont un allié, le Liban, à la merci des représailles syriennes ». [ Ce qui ne laisse envisager rien de bon, une fois de plus, pour ce pays - note du rédacteur ]. Mardi 14 juin « Le Liban a un nouveau gouvernement (Najib Mikati). Après cinq mois de négociations ardues, le pays s'est doté, lundi, d'un nouveau gouvernement dominé par le Hezbollah et ses alliés (le Général Aoun notamment) ». Samedi 2 juillet  « Quatre cadres du Hezbollah mis en cause (dans l'enquête sur l'assassinat, en 2005, du Premier ministre Raffic Hariri) ». [ Mauvais présage... ]





 


Des souvenirs aux réalités

date 20-06-2017 - Voir tous les articles de la catégorie 76 SMM 76 SMM - com 0 commentaire(s)-

Des souvenirs aux réalités
"Quand on voit c'qu'on voit, puis qu'on entend c'qu'on entend, on a raison d'penser c'qu'on pense"  (Pierre Dac)

La canicule régnante n'incite pas forcément à la polémiqe mais deux événements bien distincts et cependant plus ou moins liés, viennent occuper mon esprit. Il s'agit de la cérémonie de la commémoration de l'Appel du 18 Juin de dimanche dernier et, ce 20 juin, le décès, il y a maintenant 14 ans, du Président Léon Caplain, quasiment mort dans l'exercice de ses fonctions à la tête de la 76 SMM.
Pour ce dernier qui avait su insuffler avec panache ce que quelques détracteurs nous reprochaient alors férocement mais que la SNEMM applique désormais activement en matière notamment de recrutement, d'ouverture sur l'extérieur, j'y suis allé de ma rose rituelle en souvenir d'un homme, certes au caractère bien trempé mais énergique, imaginatif, compétent, sainement ambitieux pour notre Association patriotique (n'en déplaise à l'actuel  Président national), respecté et surtout aussi fidèle en amitié que désintéressé. Ce sont ses souhaits éclairés, sa volonté sans faille, son souci de mettre au moins à égalité les réjouissances de l'esprit et celles du ventre, son idée qu'il se faisait du Devoir de Mémoire, qui ont donné à la Section - abandonnée par deux de ses dirigeants démissionnaires - le renom qu'elle a pu avoir de 1996 à juin 2003, puis jusqu'en 2008 tant que j'ai pu défendre et prolonger le cap fixé par ce Président assez exceptionnel et poursuivre d'un certain nombre d'initiatives ce désir de toujours mettre en avant et "porter haut" une Section maintenant plus que centenaire (« En 2017, elle fête ses 110 ans d'existence » : un peu court l'article de "Ouest-France" du 14 mars dernier...  sans doute par manque de 'matière première' concernant cette dernière décennie).
Après, morne plaine ! Son successeur vit sur les "bénéfices" acquis, sans grand entrain, se contentant d'une sorte de "minimun syndical", tout en détricotant quelques (bons) principes initialement instaurés  au profit d'une démagogie de mauvais aloi et parfois, peut-être à la limite de la légalité. En effet, de même qu'il est interdit, par exemple, pour un Président d'être également Trésorier de l'Association, n'est-il pas étonnant qu'un Président honoraire (récompensé à tort et « à l'insu de son plein gré »), fût-il ancien gendarme, se trouve "désigné" à la tête de la commission des Vérificateurs bénévoles de la Section ? Légal, moral ?

Je dois cependant reconnaître, pour être tout à fait honnête, que l'actuel Comité a encore honoré cette année, du bout des lèvres, l'anniversaire de la disparition brutale du Président Caplain, décédé trop tôt, sans avoir pu totalement finaliser la tâche immense qu'il s'était fixée. Un de ses objectifs avait été l'inauguration d'un "Rond Point des Médaillés militaires". De sa réalisation, il en était très fier. Il devrait l'être encore plus si son successeur voulait bien veiller constamment et scupuleusement à sa conservation aussi impeccable que possible. A voir l'état et la position des plaques de signalisation parfois jetées à terre comme actuellement, ce n'est pas le cas. C'est particulièrement indigne et fort regrettable.

Pour les décorés du 18 Juin, deux en tant que Porte-Drapeau et quatre membres méritants du "Souvenir français", je leur présente très sincèrement mes compliments. A tous sauf à un : celui (il se reconnaîtra) qui nous accablait - entre autres - de ses invectives concernant,  à l'époque, un de nos Honoraires Société dont il "voulait la peau", autrement dit l'exclusion de la Section. Ce  dernier ne le sait peut-être pas mais le Président Caplain et moi-même l'avons défendu "bec et ongles" face à l'obscurantisme démesuré et agressif de ce camarade, devenu - contre notre gré - un adversaire et de ses quelque amis, à une UD alors parfaitement incompétente (ce qui avait conduit à la reprise de notre autonomie) et, pour terminer, à la Société nationale qui a fini, telle Ponce Pilate, par s'en laver les mains et ne jamais prendre de décision.
Avec le recul, nous avons eu raison puisque le mis en cause avait payé sa faute, que nous pratiquions (déjà) le droit à l'erreur et que, pour finir, le "Souvenir français" vient de le reconnaître, en lui accordant un diplôme d'honneur - honneur pourtant perdu, il y a près de 20 ans, selon celui qui voulait sa radiation -, « membre de longue date très méritant ».

Je termine en soulignant le paradoxe de la situation de ces deux protagonistes  se  trouvant ensemble au vin d'honneur offert par la Municipalité, sous l'oeil complaisant d'un Président avide de notoriété (en arrière-plan sur la photo mais cherchant bien l'objectif) et qui, après avoir bradé illégalement l'autonomie de la 76 SMM par ambition personnelle, vient de se mettre en tête de fusionner 2 Sections alors qu'il est bien trop "petit bras" pour diriger correctement la sienne.

Encore une fois, hypocrisie quand tu nous tiens !

 

Auteur Detobs85


Raymond Devinck, un Ancien de l' EGM 6/15 à l'honneur

date 27-04-2017 - Voir tous les articles de la catégorie Casques blancs Casques blancs - com 0 commentaire(s)-

Raymond Devinck, un Ancien de l' EGM 6/15 à l'honneur
A l'attention de ceux qui l'ont connu


► Le 26 avr. 2017 à 17:17, jean noel  a écrit :

Bonjour,

Je viens de lire avec plaisir que la Médaille militaire vient de vous être conférée. Je vous en félicite sincèrement.

En raison de soucis surgis inopinément, je n'ai pas donné de nouvelles depuis longtemps et, à part quelques rares articles, mes blogs s'en sont trouvés sérieusement négligés.

Encore tous mes compliments.
Cordialement.
Jean NOËL 14 C

Merci l'ami...
 
Cette décoration que je porterai avec Honneur, lors des cérémonies officielles..
(Prochaine en date, dimanche 30 avril) pour la commémoration de Camerone 
AUBAGNE, dont je viens de recevoir l'invitation..)
Pour moi, c'est la plus belle décoration pour un sous officier..j'en suis très fier
Il m'a été attribué également la valeur Militaire avec palme
Du fait que La Médaille 🥇 Militaire.. par décret du 5 avril, attribué au titre de
Grand Invalide De Guerre (blessé à BEYROUTH🇱🇧) en 1985... avec mon unité 
EGM 6/15 , sous les ordres du capitaine 👩‍✈️ Yves CONCHAUDRON (un patron
Exceptionnel)
Vous souhaitant une bonne journée et toute mon amitié 
Raymond DEVINCK
 
► Je ne le connais qu'à travers le Net par l'intermédiaire duquel il a eu la bonté de me contacter :
« Lisant un article dans le journal Ouest-France (via Internet) relatant votre mission à BEYROUTH en 1985, sous le détachement des Casques blancs
Ayant également servi au LIBAN - Détaché à la sécurité de l'Ambassade de France
Résidence des Pins à BEYROUTH de février à juin 1985, avec l’Escadron 6/15 de
Gendarmerie Mobile d'ANNECY sous les ordres du capitaine Yves CONCHAUDRON
J'ai souvenirs des Colonels Jean SUSINI et d'Antoine DE VIRIEU, Commandants les Casques Blancs.
Musicien trompette où j'assurais les sonneries réglementaires lors des cérémonies dans l'enceinte de la Résidence des Pins, que ce soit avec les Casques blancs ou l'unité de gendarmerie. »


« Heureux de faire votre connaissance......
En effet, lorsque vous êtes arrivé, nous étions relevé par l'Escadron de gendarmerie Mobile de SELESTAT sous les ordres du capitaine CHAUDEUR (que j'ai eu comme instructeur à l’école de Gendarmerie à CHAUMONT en 1975...)
L’escadron 6/15 d’Annecy, commandé par un sacré "Monsieur" en la personne du Cne Yves CONCHAUDRON »,

 
en décembre 2014, après avoir parcouru mon blog sur les "Casques blancs" et en m'envoyant quelques documents relatifs à cette période.

En effet, au moment où il s'apprêtait à regagner la France, j'étais sur le point d'arriver (le 20 juin 1985) à Beyrouth et d'entamer cette mission d'Observateur français au Liban (Tour Rizk), semblable à nulle autre pareille.

Après les explications sommaires - à l'époque - des différentes catégories de gendarmes, à commencer  par "la blanche", puis les "pots de fleurs", je suis particulièrement content, à l'occasion de cette remise de la Médaille militaire, de pouvoir féliciter  quelqu'un qui faisait alors partie de la "race des seigneurs".

Auteur Detobs85 - Tags Médaille militaire, Casques blancs, Gendarmes mobiles


A propos du 19 Mars

date 23-03-2017 - Voir tous les articles de la catégorie 76 SMM 76 SMM - com 0 commentaire(s)-

A propos du 19 Mars
On n'est pas obligé d'être toujours d'accord

Pour qui se prennent-ils ces Présidents qui, sous couvert de cultiver les (leurs) valeurs, prétendent nous faire des leçons d’éthique pour l’un et "catégoriser" les  morts  pour l’autre, ceux d’avant le 19 mars 1962 et ceux d’après.
 
Je m’étais déjà indigné et avais écrit un article dans un "blog ouvert au Président général de la SNEMM", resté comme je pouvais m’y attendre "lettre morte",
http://detobs85.easy4blog.com/article--22blog-ouvert-22-au-president-general-de-la-snemm-461226.html

quand dans son mot pour la Revue "La Médaille Militaire" N° 588 de septembre 2015, il avait – entre autres - martelé : « Me faut-il le redire ? La SNEMM n’est pas une association patriotique ». J’avais trouvé qu’il y aurait pu avoir mieux comme accroche d'édito. Je ne devais pas être le seul puisque, le 16/10/2015  ce "directeur de conscience" se permettait le communiqué suivant : « À la lecture de la dernière revue, certains d’entre vous se sont étonnés que je mentionne le fait que la SNEMM n’est pas une association patriotique. Sans vouloir froisser qui que ce soit, je me permets de vous inviter à vous reporter à son origine : association de soutien entre médaillés militaires, à cette époque où Sécurité Sociale ou mutuelles n’existaient pas. L’un de ses intitulés a d’ailleurs été « Société de secours mutuels » et, encore aujourd’hui, le mot « Entraide » est utilisé dans son appellation. Je me permets encore de souligner que c’est cette notion à caractère social sur laquelle se fonde l’utilité publique que les instances lui reconnaissent depuis fort longtemps. L’intérêt général dont elle peut se prévaloir depuis quelques temps s’inscrit, de même, dans cet esprit. Enfin, j’ajouterai qu’au sein de l’ONAC, la SNEMM siège au titre d’association de porteurs d’une décoration, et non comme association d’anciens combattants. Il n’y a donc pas lieu de s’offusquer de mes propos, mais d’être fiers d’adhérer à une association généreuse et altruiste qui sait, compte tenu de son passé, se souvenir des conditions dans lesquelles elle a été créée. »
Il se raccroche aux branches comme il peut mais je ne vois pas comment, origine, intitulé, caractère social, intérêt général, empêcheraient en quoi que ce soit cette Association d’être (peut-être avant tout) patriotique. Dès lors, si ce Président se permet (comme il l’écrit à l’envi), il n’y a aucune raison que d’autres ne puissent pas se permettre aussi de contester et, en l’espèce, il y a bien lieu de s’offusquer. Avec ce "Mot du Président", il porte évidemment tort à la Médaille militaire, à la SNEMM et se discrédite.
 
Le 09/12/2015, sa prise de position sur l'éventualité de décorer de la Légion d'honneur à titre posthume les victimes des attentats du 13 novembre 2015 n'a pas été beaucoup plus heureuse. Les victimes, ou plutôt leurs familles et ayants-droit, ont sûrement été "contentes" d'apprendre que cette démarche « tendrait à altérer la destination de la Légion d'honneur » et que la SNEMM « estime important de ne pas galvauder les valeurs des décorations en vigueur ».

Nous en arrivons à cette déplorable (bien que son discours ait été sérieusement et, sans doute, intentionnellement tronqué) affaire Macron. Je me demande encore pourquoi il s’en mêle puisque, comme il l’a lui-même écrit,« la SNEMM siège au titre d’association de porteurs d’une décoration, et non comme association d’anciens combattants ». Il devrait aller expliquer cela à tous ceux qui ont donné leur vie, ont été blessés dans leur corps et dans leur âme, psychologiquement, pire, ont été trahis. Silence dans les rangs ! C’est à force d’écouter de tels "guides", présidents moralisateurs et donneurs de leçons, prêchant l’éthique à géométrie variable (on va le voir avec l’affaire de la FNACA) que l’individu, possiblement lobotomisé par de telles "consignes" et recommandations, ne dispose plus de sa liberté de penser. J’imagine que ce n’est pas pour rien que le site de la SNEMM n’est accessible qu’à ses membres et qu’il n’offre pas (manifestement à dessein) de blog à leur disposition… ou à celle d’invités, ce qui "protège"’ - évidemment – des questions qui fâchent. La "communication", les confrontations, les échanges, y seraient probablement vigoureux. On a changé de monde, il serait peut-être temps de s’en apercevoir. C’est terminé de tout vouloir imposer et verrouiller, d’inciter "fortement" les adhérents – pensée unique oblige - à penser forcément comme le Président. On peut (doit), désormais, voir plusieurs têtes et peut-être même une oreille qui dépasse.
 
Géométrie variable, oui. Parce que  ce Président, à l’éthique rigoureuse, refusant à ses "ouailles" d’exprimer un avis sur l’affaire Macron, ne rechigne pas – lui - à provoquer un débat
dont on connaît le caractère éminemment politique, lorsqu’il s’agit de la FNACA (réputée idéologiquement à gauche) et des polémiques suite à une faute, au demeurant vite rectifiée
http://www.lavoixdunord.fr/121413/article/2017-02-20/la-bourde-qui-scandalise-les-anciens-combattants-d-algerie

mais le mal était fait, de la mairie de Coudekerque-Branche. C’est, en effet la communication très mal maîtrisée par la municipalité qui, en laissant afficher l’emblème national algérien sur le carton d’invitation à commémorer le 55ème anniversaire  du 19 mars 1962, a mis le feu aux poudres. On aura compris : Macron pas touche, c’est politique ! FNACA : bien que particulièrement politique, mais puisque la majorité des associations combattantes (la SNEMM n’en étant pourtant pas une…) est contre cette date du 19 mars, on peut cogner !
Nous pouvions penser, depuis la Loi du 6 décembre 2012 relative à la reconnaissance du 19 mars comme "Journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc", que la mémoire – précisément -  avait tendance à s’apaiser. Que non ! Ne voilà–t’il pas que le zélé Président de la  76ème Section des Médaillés militaires de La Flèche, croyant, pour une fois, faire preuve – mais en retard et à tort - d’une bonne initiative, en rajoute et s’abstient, contrairement aux années précédentes depuis la promulgation de la loi, de déposer une gerbe au monument aux morts de La Flèche ce 19 mars 2017. Incroyable et inique décision ! On ne trie pas les morts, les "bons" : ceux d'après mars 1962 ? ; les "mauvais" : ceux d’avant le 19 mars 1962 ? Je doute que son apparente mais hypocrite solidarité à participer à la manifestation soit allée jusqu’à expliquer son contestable "mouvement d’humeur" au Président local de la FNACA ! A l’évidence, il n’a pas, non plus, lu ce Président départemental, blessé par la polémique d’alors (2002) mais, malheureusement, toujours latente  15 ans après : « Il s’agit juste de rappeler que la FNACA a choisi cette date du "Cessez-le-feu" pour se souvenir des copains qui sont morts là-bas. D’autant plus que personne ne réfute les arguments selon lesquels il y a encore eu des morts après le 19 mars 1962. »
On l’aura compris, sa servile manœuvre n’aura pas échappé à quelques observateurs de la manifestation. Allons donc ! Pas de gerbe - pour un mauvais prétexte -, c’est une dépense en moins pour la caisse d’une Section dont les objectifs ont radicalement changé par rapport à ceux fixés par son prédécesseur, notamment depuis une dizaine d’années. Au lieu de cette action mesquine, il aurait mieux valu qu’il se consacre à célébrer le 110ème anniversaire de ladite Section, comme il se devait, à la hauteur de l’événement. Un coup de « Ripolin » au "Rond Point des Médaillés militaires", sans même en faire redresser les panneaux de signalisation, ne suffit pas. Quelque chose de concret comme, par exemple, réitérer une demande de salle dédiée à la Médaille militaire ou encore, avec les moyens actuels de communication, construire un site de la Section, voilà qui serait positif. Quelles initiatives en 14 ans de présidence ? Quasiment pas. Celles d’avant 2008, ce n’est pas lui qui les a prises, après 2008 presque un désert. Dans d’autres domaines, certains ont parlé de « roi fainéant », d’« audit », de « devoir d’inventaire », de « bilan contre bilan ». Ce serait tout à fait d’actualité.
Ce matin du 19 mars 2017, en ne déposant pas de gerbe en hommage à la dizaine de tués de la ville de La Flèche au cours de la Guerre d’Algérie, ce Président n’a pas "puni" (ce que ne demandait d’ailleurs pas le Président général de la SNEMM), l’irresponsable rédacteur d’un courrier au caractère choquant il est vrai mais, il faut aussi le redire, très vite reconnu comme tel et rectifié promptement. D’un, certes regrettable mais limité accident de communication, il en a fait, de sa propre mais douteuse initiative et pensant sans doute asseoir un peu plus son pouvoir sur un comité "godillot", tout un pataquès, sanctionnant ainsi, non pas l’auteur du carton, pour le moins ignorant de l’Histoire, ni même la FNACA, mais les morts fléchois tombés en Algérie. Quelle honte !
 
En n’honorant que partiellement les morts d’Algérie par une lamentable demi-mesure (le drapeau oui, une gerbe non) particulièrement injuste, il s’est, lui aussi, discrédité. Il est vrai que deux "septennats" montrent ses limites… notamment le dernier. Il faut, à l’évidence, du sang neuf et donc, manifestement, songer rapidement à la relève !

Auteur Detobs85 - Tags SNEMM;FNACA


Un lecteur inattendu

date 23-01-2017 - Voir tous les articles de la catégorie Casques blancs Casques blancs - com 0 commentaire(s)-

Un lecteur inattendu
Message de Hady Nassif
fils du Général (photo) Jean Nassif
 
Bonsoir M. Noel,

Merci pour ce beau site et blog que vous avez dédié aux soldats de la paix au Liban.

J'ai connu les casques blancs au Liban à travers mon père le général Jean Nassif (armée libanaise) qui était le chef du comité quadripartite sis à l'hippodrome de Beyrouth.

À l'âge de 16 ans je l'avais accompagné à la résidence des pins au moment de la remise des médailles du mérite libanais aux officiers partants.

Mon père est toujours en bonne santé, 82 ans, il garde le meilleur souvenir de la bravoure des casques blancs et des chefs de DETOBS qui se sont succédés. Il voudrait avoir de leur nouvelles et leurs numéros de contact si possible.

Je me rends souvent à Paris pour mon travail et peut-être que mon père pourrait m'accompagner au printemps pour revoir touts les anciens et rendre hommage à ceux qui sont tombés pour la paix au Liban.

Bien à vous.

Hady J. Nassif


⇒ J'ai transféré ce message, reçu le 18 janvier 2017, au Président de l'ACBFL qui m'a assuré y réfléchir et de me tenir informé des éventuelles initiatives prises, lesquelles seront évidemment transcrites sur ce blog.

Auteur Detobs85 - Tags Casques blancs, Général Nassif


Monument dédié aux OPEX

date 07-01-2017 - Voir tous les articles de la catégorie Casques blancs Casques blancs - com 0 commentaire(s)-

Monument dédié aux OPEX
La première pierre du monument dédié aux soldats morts en OPEX sera posée le 23 mars

Cela fait maintenant plus de cinq ans qu’il en est question… La première pierre du monument dédié aux militaires français tués lors d'opérations extérieures sera (enfin) posée le 23 mars prochain, au parc André-Citroën, dans le 15e arrondissement de Paris. L’annonce en a été faite par le président Hollande.
« J’ai voulu que le 23 mars, une cérémonie puisse marquer le lancement d’un projet de monument des opérations extérieures. Il sera érigé à Paris en mémoire de nos 600 soldats, aviateurs et marins morts pour la France en opérations extérieures depuis 50 ans », a en effet déclaré le chef de l’État, à l’occasion de ses voeux aux Armées, ce 6 janvier, sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan.
En outre, le locataire de l’Élysée a tenu à saluer la mémoire de tous « ceux qui ont donné leur vie pour la France toutes ces dernières années » et à honorer leur sacrifice. « Les Français savent ce qu’ils vous doivent, ils mesurent les risques que vous prenez et les sacrifices que vous acceptez. En leur nom, je veux vous témoigner ma gratitude », a-t-il dit aux militaires présents.
« C’est un prix du sang très élevé, mais c’est aussi la place et l’honneur de nos armées que d’être en première ligne dans le combat que nous menons pour la paix, pour la liberté et pour les valeurs de la République », a encore fait valoir M. Hollande, qui a eu un mot pour les familles des militaires morts pour la France.
Des « familles marquées par le chagrin » qui, a-t-il dit, l’ont toujours « saisi par leur dignité, et même par leur fierté, avec le sacrifice de leurs enfants », qui « savent pourquoi ils sont morts » car « c’était le sens même de ce qu’ils avaient voulu donner en s’engageant pour nos armées. »
L’idée d’ériger un monument dédié aux militaires morts lors d’opérations extérieures a vu le jour en octobre 2011, après la remise d’un rapport rédigé par le général Bernard Thorette, un ancien chef d’état-major de l’armée de Terre aujourd’hui très investi pour la cause des blessés de guerre.
Ce projet aurait pu être lancé rapidement. Mais c’était sans compter sur l’opposition, pour des « raisons esthétiques », de certains habitants du VIIe arrondissement, où il était prévu de construire le monument en question (précisément sur la place Vauban). Finalement, il fut décidé de l’ériger près de l’Hexagone [le nouveau siège du ministère de la Défense, dans le XVe arrondissement, ndlr], précisément dans le parc André Citroën.
Mais là encore, il y eut des contrariétés administratives étant donné qu’il fallait obtenir l’accord des architectes et des paysagistes qui aménagèrent le parc André Citroën au titre de la propriété intellectuelle. Et les discussions durèrent près de 2 ans.
Ce n’est qu’en octobre 2016 que Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d’État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire (SEDAC), a annoncé aux députés que tous ces problèmes étaient réglés. Dans le même temps, un « avis à candidature » a été publié au Bulletin officiel des annonces de marchés publics afin de confier la création de ce monument à un « artiste », dans le « respect des contraintes architecturales et techniques. » Une décision doit être rendue publique en février 2017.

(Posté dans Armée-Nation. Opérations par Laurent Lagneau le 06-01-2017) 

►Photo  : hommage aux OPEX en général et à nos camarades "Casques blancs" en particulier le 29 septembre  2013 à Caen

Parce que très controversé (surtout en raison de son emplacement), il faudra absolument s'assurer que le nom de chacun de nos 7 camarades "tués au Liban au service de la France", figure bien sur ce futur monument.


 

Auteur Detobs85 - Tags OPEX, monument, Casques blancs



Horloge du jour

Derniers messages du livre d'or

Album Photo

Galerie Vidéo

Derniers commentaires



Google Plus


2011-11-14+2

Publicité Jean NOEL-Devoir de mémoire (Société/His

Créer un blog Histoire

Un Blog des Blogs jblog est une plateforme logicielle en ligne gratuite qui facilite la publication d'un blog. C'est un service qui offre une multitude d'outils à des personnes de publier du contenu sur le web blog musique blog humour blog mode blog perso blog animaux sky blog, blog image blogger faire son blog gratuit Annuaire… de blogs sur internet