Présentation

Nom du blog :
Jean NOEL-Devoir de mémoire (Société/His

Description du blog :
Consacré essentiellement à l'Histoire des Casques blancs français au Liban

Date de création :
24 mai 2010 à 00:00

Date de modification :
14 février 2018 à 16:46

Catégories

Statistiques

223 Articles
0 Pages
8 Vidéos
11 Commentaires
10 Messages sur le Livre d'or
160 713 Visiteurs au total
1 Visiteur en ligne
9 Visiteurs aujourd'hui
Valid XHTML 1.0 Strict  CSS Valide ! 

Editorial


Quand on s'investit dans le travail de mémoire - certes imparfait mais qui a le mérite d'exister - que je mène notamment au sujet du Détachement des Observateurs français au Liban et dont l'année 2011 a vu le 25e anniversaire de son retrait de Beyrouth, le moindre encouragement sympathique tel que celui cité ci-dessous devient un véritable levier amplificateur et m'incite vivement à persister.

 



« Je me permets de vous contacter car je suis tombé sur votre blog très bien fait et illustré. Je suis un jeune militaire de 24 ans (officier-marinier) et j'ai beaucoup apprécié le devoir de mémoire que vous faites au travers de votre blog concernant les 7 observateurs tués durant leur mission au pays du Cèdre. »

***

 



2011 Avec la chute du Gouvernement  libanais le 12 janvier 2011, la nomination le 25 du même mois d'un nouveau Premier ministre déjà contesté et donc au moment où les pires inquiétudes sont à craindre : " Toute déstabilisation du Liban ne peut que faire le jeu de Téhéran et crisper encore un peu plus Israel " (Ouest-France du 26 janvier 2011), je souhaite que l'on se souvienne que plusieurs (5 officiers, 2 sous-officiers) des quelque 400  "Casques blancs", quasiment sans armes, qu'a compté en deux ans le DETOBS, ont donné leur vie - il y a plus de 25 ans maintenant - pour une toute petite et de toute évidence malheureusement insuffisante "parcelle de paix".

Dimanche 13 mars « Manifestation à Beyrouth contre l'arsenal du Hezbollah ».  [ Le feu couve toujours ]. Mardi 15 mars « Le patriarche Bechara al Rai remplace le cardinal Sfeir à la tête des Maronites libanais alors que leur communauté est politiquement divisée entre le soutien au camp sunnite de Saad Hariri (ex- Premier ministre) et ses adversaires conduits par le Hezbollah chiite responsable de son renversement ». Mercredi 20 avril  « Tous (les Occidentaux prudents) craignent qu'une déstabilisation de la Syrie, mosaïque religieuse, entraîne le Liban dans le chaos ». Lundi 13 juin « Hier, les Etats-Unis réclamaient l'accès immédiat pour la Croix-Rouge (dans le nord de la Syrie) afin d'éviter une "crise humanitaire". Berlin et Londres appelaient à l'adoption en urgence d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant le régime d'Assad. Scénario peu probable. Moscou et Pékin s'y opposent et ils ont un allié, le Liban, à la merci des représailles syriennes ». [ Ce qui ne laisse envisager rien de bon, une fois de plus, pour ce pays - note du rédacteur ]. Mardi 14 juin « Le Liban a un nouveau gouvernement (Najib Mikati). Après cinq mois de négociations ardues, le pays s'est doté, lundi, d'un nouveau gouvernement dominé par le Hezbollah et ses alliés (le Général Aoun notamment) ». Samedi 2 juillet  « Quatre cadres du Hezbollah mis en cause (dans l'enquête sur l'assassinat, en 2005, du Premier ministre Raffic Hariri) ». [ Mauvais présage... ]





 


Après la guerre civile, la guerre des déchets

date 06-09-2016 - Voir tous les articles de la catégorie Casques blancs Casques blancs - com 0 commentaire(s)-

Après la guerre civile, la guerre des déchets
Une situation sanitaire inquiétante
 
Même au temps de la guerre civile, nous n'avions pas vu cela. Je parle, évidemment de l'époque du DETOBS, celle que j'ai connue.
Du haut de notre observatoire situé au 20ème étage de la Tour Rizk, nous trouvions parfois fastidieux de descendre (environ 600 marches, je crois) quotidiennement ou presque, les sacs-poubelles générés par la présence, quand l'équipe se trouvait au complet, de 8 Observateurs. Nous n'avons cependant jamais, autant que je m'en souvienne, dû faire face à un tel problème. Pas plus au cours de nos patrouilles sur "la ligne verte", nos liaisons vers la Résidence des Pins, nos appros au Prisunic du secteur ou nos rares déplacements en direction de Jounieh.
Outre la vérification des installations et de nos véhicules de "Casques blancs" au sous-sol de la tour, il s'agissait aussi, chaque soir, d'en inspecter ses alentours et de "prendre la température" des quelques soldats des FSI (Forces de Sécurité intérieure) censés assurer justement notre sécurité.
Je dois dire que ce soit à Rizk ou à Barbir, nous n'avons pas vraiment pressenti, je pense, qu'un tel problème puisse exister à ce point. Ce n'était d'ailleurs pas le cas à l'époque.
Ne doutons pas cependant, tout comme pendant la guerre (même s'il s'agit maintenant d'un autre contexte) où certains profitaient outrageusement des circonstances, que d'autres aujourd'hui - comme l'article en fait état - "trouvent leur bonheur" dans cette triste situation que connaît le Liban.

 

Auteur Detobs85


Préparer ses obsèques

date 24-07-2016 - Voir tous les articles de la catégorie 76 SMM 76 SMM - com 0 commentaire(s)-

Préparer ses obsèques
Prémonition
 
En voulant absolument et, en définitive, prémonitoirement lui rendre visite à l'hôpital le 5 juillet dernier, nous l'avions sentie extrêmement fatiguée mais pas au point de décéder trois jours plus tard et de nous retrouver, par conséquent, à ses obsèques une semaine après. « Au revoir Paulette, à une prochaine fois » lui avions-nous dit en l'embrassant et en quittant sa chambre, pour ce qui devait être, finalement, la dernière fois. « Evidemment » avait-elle répondu ! Ce fut donc, hélas, un adieu et je veux, ici, lui rendre hommage.
L'objet de ce message est aussi d'inviter les gens à bien notifier leurs volontés avant le "grand départ". J'exprime, en effet, mon étonnement et précise combien j'ai trouvé, pour l'avoir assez souvent côtoyée, pour le moins étrange que cette Dame d'entraide qui ne cessait pas de parler des souffrances de la guerre, de son mari Ancien d'Indochine et décoré de la Médaille militaire, des parachutistes en particulier, de la grande famille des militaires en général, n'ait pas été accompagnée du drapeau de la Section - dont nous étions parvenus (non sans quelques renâclements, dois-je dire, de la part de ceux qui n'aiment pas beaucoup et Dames d'entraide et Membres associés) - puisque emblème de ladite Section toute entière et donc de toutes les catégories confondues, à convaincre que sa présence soit accordée à tout membre de l'Association (*).
On pourra me rétorquer que la famille de la défunte ne l'a pas voulu. Soit ! C'est possible et même probable. Mon intention n'est pas de polémiquer avec elle. Je pense, néanmoins et surtout, qu'il n'a vraiment pas fallu être très convaincant pour ne pas parvenir à la persuader que Paulette, tellement sensible au "cérémonial militaire", l'avait évidemment mérité et l'aurait très certainement souhaité, voire espéré.
Que cela serve d'exemple et incite celles et ceux  qui désirent un dernier adieu sous les plis du drapeau - et pourquoi pas un éloge funèbre - à bien préparer leurs obsèques.

(*) Pour parfaitement préciser ma pensée à ceux qui ne comprennent pas toujours bien, je parle évidemment du drapeau, emblème de la Section et non pas du drap tricolore déposé sur le cercueil. Drap tricolore dont il me semble d'ailleurs, qu'à force de prétendre à qui mieux mieux que la Société nationale d'Entraide de la Médaille militaire (SNEMM) n'est pas une association patriotique ( cf. http://detobs85.easy4blog.com/article--22blog-ouvert-22-au-president-general-de-la-snemm-461226.html ) et de lire, également sur le Net, qu'elle n'est pas non plus une association d'Anciens combattants, il va être difficile d'argumenter pour obtenir le privilège qu'il soit déposé sur le cercueil de tout décoré de la Médaille militaire.

 

Auteur Detobs85 - Tags Obsèques;drapeau


Un espace de liberté ?

date 21-07-2016 - Voir tous les articles de la catégorie Casques blancs Casques blancs - com 0 commentaire(s)-

Un espace de liberté ?
Pas sûr que cela suffise !

 
Espérons-le pourtant. Si ce type d'initiative peut contribuer au rapprochement entre communautés,  ce sera tant mieux.
Mais l'article lui-même (quartier marginalisé, pauvreté, droits différents, séparation, etc.) et la photo où l'on ne trouve, en réalité, que deux hommes, ne reflètent pas vraiment ce qu'ils sont censés vouloir démontrer.
On se souviendra aussi qu'à l'époque du DETOBS, deux "Casques blancs", nos camarades sous-officiers, Patrice Grécourt et Henri Perrot, sont tombés précisément dans ce secteur de Burj el Barajneh, au service d'une paix, aujourdhui encore bien hypothétique, dans cette poudrière que constitue toujours le Proche-Orient

 

Auteur Detobs85 - Tags Liban;Palestiniens;concorde;Burj el Brajnieh


Souvenirs

date 18-06-2016 - Voir tous les articles de la catégorie Casques blancs Casques blancs - com 0 commentaire(s)-

Souvenirs
Le mois de juin et les "Casques Blancs"

Comme l'a écrit, dans sa "Lettre des Casque blancs" du 13 mai 2016, le Président de l'ACBFL, le Général Conchaudron : « ce mois de juin correspond ainsi au trente deuxième anniversaire de la mort de Pierre ANIORT et au trente et unième anniversaire de la mort de Jean-Pierre FEYRIGNAC, tous deux commandos de l'AIR. » Ces deux Observateurs, abattus au cours de leur mission, ont donc figuré dans l'appel des morts effectué au cours de la cérémonie succédant à l'AG du 17 juin 2016.

Morts que je n'ai pas non plus oubliés dans  http://www.fichier-pdf.fr/2011/05/21/cb-jn/, petit livret, dans lequel je rappelle leur souvenir, intitulé « Pour une parcelle de paix - Les sept tués du Détachement d'Observateurs français au Liban - Les Casques blancs ».
 
Morts dont une plaque commémorative - très belle initiative et réalisation qu'il faut porter au crédit du Bureau de l'Association, reconduit de 2009 à 2016 - fut inaugurée au cours, cette fois, d'un émouvant recueillement dans la basilique de Notre-Dame de Lorette, parmi leurs camarades d'autres guerres, et dont j'ai pu montrer quelques moments forts dans un petit montage photos https://www.youtube.com/watch?v=C86ntrVd5y0
 
Pour moi, le mois de juin signifie aussi mon départ pour Beyrouth en 1985, ce qui ne fut pas une mince affaire (quelques jours après l'annonce de la mort du Cne Feyrignac, mon inexpérience évidente dans un tel contexte et un Régiment peu habitué à préparer un "individuel" pour une telle mission) si l'on veut bien relire ma modeste brochure http://www.fichier-pdf.fr/2011/10/29/jean-noel-casque-blanc-beyrouth-20-juin-24-octobre-1985/  titrée « "Casque blanc" - Beyrouth (20 juin-24 octobre 1985) » ayant pour seul objet de présenter mon séjour de quatre mois, tel que, encore une fois, je l'ai ressenti.
 
En outre, ce blog http://detobs85.easy4blog.com/ est essentiellement consacré aux "Casques Blancs" et tente, malgré ses imperfections, de participer au Devoir de Mémoire qui, pour cette mission si particulière, « très peu médiatisée à l'époque et quasiment tombée dans l'oubli depuis », selon les mots-mêmes du Général de Virieu, en a bien besoin.

Ainsi, même si je n'ai pas pu toujours participer, concrètement et autant que je l'aurais voulu, aux activités de notre Association, c'est ma façon à moi de rendre hommage à nos 7 tués. Espérons que d'autres, plus compétents et disposant surtout de plus de moyens et d'influence, contribueront  à la survie de l'ACBFL

 
Pour finir, mais sans grand rapport (quoique) avec les "Casques blancs", sauf peut-être pour l'aspect vacillant de Devoir de Mémoire justement, je participais hier à la commémoration de l'Appel du Général De Gaulle, un certain 18 juin 1940. Qu'en dire ? Devant le monument aux morts de la ville de La Flèche, tout en pensant à mes camarades "Morakibouns", « Tués au Liban au service de la Paix » selon l’expression consacrée,  je constatais que, là aussi, hormis les porte-drapeaux (10), quelques représentants d'associations et des Autorités civiles et militaires ainsi qu'une petite délégation du Prytanée National Militaire, la population fléchoise ne brillait pas par sa présence. Ingratitude quand tu nous tiens...

Au cours de cette manifestation, je suis pourtant tombé d'accord avec un historien local réputé pour trouver que la France aurait bien besoin, actuellement, d'un De Gaulle (j'entends, bien sûr, celui du 18 juin, l'autre d'après étant, évidemment et selon moi, beaucoup plus contestable).

Auteur Detobs85 - Tags DETOBS;, Beyrouth;, AG Orange:, appel du 18 juin;


« Peut-être qu'on n'a pas besoin de Président finalement ? »

date 23-05-2016 - Voir tous les articles de la catégorie Casques blancs Casques blancs - com 0 commentaire(s)-

« Peut-être qu'on n'a pas besoin de Président finalement ? »
Pas de Chef d'Etat depuis deux ans
 
Même pendant la Guerre civile, le Liban n'avait pas connu cela.
On se souvient, à l'époque des "Casques blancs" (1984-1986), des compte-rendus écrits que devait transmettre quotidiennement le COMDETOBS
aux « plus hautes autorités de l'Etat libanais » dont, évidemment, la Présidence de la République exercée alors par Amine Gemayel.

Accessoirement, je me demande si nous ne pourrions pas nous poser la même question que se pose cet employé de banque libanais.
 

Auteur Detobs85 - Tags Liban, Président;, Guerre civils, DETOBS



Horloge du jour

Derniers messages du livre d'or

Album Photo

Galerie Vidéo

Derniers commentaires



Google Plus


2011-11-14+2

Publicité Jean NOEL-Devoir de mémoire (Société/His

Créer un blog Histoire

Un Blog des Blogs jblog est une plateforme logicielle en ligne gratuite qui facilite la publication d'un blog. C'est un service qui offre une multitude d'outils à des personnes de publier du contenu sur le web blog musique blog humour blog mode blog perso blog animaux sky blog, blog image blogger faire son blog gratuit Annuaire… de blogs sur internet